Les entreprises s’emparent de plus en plus des réseaux sociaux pour leur marketing. Une étude nous révèle cependant qu’au Royaume-Uni, la plupart ne savent pas comment s’y prendre.

Le marketing est une tête de pont dans le combat des entreprises pour utiliser intelligemment les réseaux sociaux. Les chiffres révélés par une récente enquête auprès de 123 sociétés du Royaume-Uni sont donc surprenants.

Catalogues 4 Business, société anglaise de production de catalogues a publié, en cette fin mars, une intéressante étude sur le marché professionnel, à la fois BtoC et BtoB. Il y est bien sûr question de la relation des entreprises avec l’outil catalogue, mais d’autres remarques intéressantes et plus généralistes se glissent dans ces pages.

Nous apprenons ainsi que sur les sociétés interrogées, grandes et petites, 36% annoncent qu’elles vont lancer un plan de social media–digital marketing dans l’année à venir. Ce canal vient donc se placer avant le lancement d’un website avec composante e-commerce, dans le projet de mix marketing/vente des entreprises britanniques.

Peu de coûts, mais pas de stratégie non plus…

Cependant, ce dynamisme ne va pas sans travers. Quand Catalogues 4 Business demande aux entreprises les avantages de cette accentuation sur les médias sociaux, elles répondent sans aucun problème qu’il s’agit des faibles coûts d’une telle stratégie.

Mais quid de la stratégie justement ? Quand il s’agit de pointer les éventuelles limites de cette introduction des médias sociaux dans leur mix marketing, la moitié des entreprises interrogées déclarent qu’elles n’ont pas mis au point une « social media strategy ».

Si l’on en croit l’étude, il s’agit donc « d’y aller », parce que les aspects technologiques ne sont plus un problème, et pour  faire partie de la « révolution des médias sociaux »… quitte à avancer les yeux fermés.

Reste donc à savoir si les entreprises françaises se montrent plus prudentes de leur côté, alors que les analystes et les consultants sont nombreux à rappeler régulièrement que le temps, l’argent et les efforts investis dans ces nouveaux points chauds pour le business, risquent d’être perdu sans une préparation adéquate.