Le 27 septembre dernier a eu lieu un petit déjeuner studieux, dans le cadre des Mardis du Marketing Prédictif organisés par l’éditeur Coheris. Le thème du jour était les enquêtes et sondages, sujet accessible à tous.

Au programme, une présentation théorique où Didier Gaultier, Directeur de la Division Datamining chez Coheris est revenu sur les aberrations que l’on pouvait constater dans certains sondages de la presse grand public. D’où la nécessité d’avoir une idée claire des biais à éviter et des règles tacites qui font une bonne enquête.

Un bon exemple valant mieux que beaucoup de théorie, Johan Masset, responsable étude Datamining, a ensuite présenté un cas concret de traitement de données, autour de la satisfaction des clients d’un village de vacances d’hiver. Le but était bien évidemment aussi de montrer la pertinence du logiciel Coheris SPAD pour cette analyse.

Pari réussi : des questions diverses sont venues d’interlocuteurs avec des intérêts variés allant de la technique statistique, à la bonne préparation des enquêtes, malgré l’heure avancée.

Preuve que d’autres métiers que ceux directement lié au Marketing, peuvent se retrouver concerné : la présence de Sandrine Martin-Bonnet, Ingénieur « Profil de Mission » à la Direction des Etudes de PSA-Peugeot-Citroën, qui nous a fourni son témoignage. (insérer lien)

 

En savoir plus : Les enquêtes en deux mots

Les aberrations que l’on trouve parfois dans la presse et les médias mettent en exergue les difficultés qu’une enquête peut connaître : plusieurs sondages identiques, avec des résultats différents sur une même période de temps ou des questions mal construites et appelant des réponses fausses. Les enquêtes sont utilisées dans le marketing pour connaître l’avis des clients. Il faut donc s’attendre à une remise en question, pour véritablement pouvoir appréhender les tendances du marché.

Les difficultés sont toutefois nombreuses :

– Le coût pour interroger une personne est incompressible (1€, voir 2€ en moyenne), avec des frais qui augmentent rapidement dû à la taille nécessaire de l’échantillon.

– Les modes d’interrogation sont souvent mal maitrisés, ce qui entraine des biais régulier.

– Le mode de collectes doit être non-mélangé (un seul canal d’approche par sondage) afin de ne pas rendre les résultats caduques, ce qui est un handicap conséquent.

Le Datamanagement, doit permettre la préparation optimale des enquêtes. Ce sont des paramétrages clairs en amont dans les outils qui permettent l’industrialisation du procédé.