La digitalisation de notre société et l’apparition de l’e-commerce a marqué l’avènement du commerce 2.0. Dorénavant, avec l’essor de la mobilité et des promotions online nous assistons à l’émergence du Web-to-store, du Store-to-web ou encore de la géolocalisation : les outils comme les comportements changent.

Lors d’une interview sur e-marketing.fr, Cédric Nallet, fondateur de la société Atypik, spécialisée dans le Web-to-shop, explique que le commerce est en train de vivre sa troisième mutation. Selon lui, nous avons commencé par le commerce 1.0 qui se déroulait hors-connexion. Progressivement, la démocratisation d’Internet a entraîné la vague 2.0 marquée par l’apparition des e-commerçants de type Fnac, Amazon, etc.

Actuellement, il estime que nous passons à l’ère du commerce 3.0. En effet, face à la multiplication des canaux, le consommateur est devenu cross-canal. Seulement, il ne se contente plus d’acheter uniquement via le web. Il peut d’abord consulter Internet avant de se rendre en magasin, ce qui s’appelle le Web-to-store, mais également l’inverse, c’est-à-dire se rendre d’abord en magasin puis ensuite consulter le site Internet de la marque, le Store-to-web.

Cédric Nallet est persuadé que cette dimension cross-canal du consommateur rend obligatoire la présence d’un magasin via les canaux digitaux. Par conséquent, l’enjeu des « entreprises 3.0 » serait d’attirer les consommateurs vers un magasin à la fois physique et online.

La géolocalisation, un artisan du commerce 3.0

Dans la suite de l’interview, Cédric Nallet attache également une importance au concept de la géolocalisation. Par exemple, il explique que grâce à un smartphone, un consommateur peut trouver le magasin de sa marque le plus proche, puis imprimer des coupons de réductions que ce même magasin, indépendamment du reste de la marque et en fonction de ses besoins et de sa clientèle, a mis à sa disposition afin de l’attirer.

Selon une tribune de Mark McGrath, responsable du service à la clientèle de la société Big Dot Media, une agence de marketing digitale, publiée sur The Social Media Today, les services de géolocalisation permettant d’adapter le contenu d’un site Internet au consommateur sont déjà très prisés par les entreprises.

Ces « Perceptive Media« , tels qu’il les nomme, intéressent de très près la BBC. Voici un exemple de ses expérimentations sur le site futurebroadcasts.com, dans lequel la BBC adapte une histoire en fonction de la géolocalisation de l’internaute, de son comportement sur le web et d’autres informations d’actualités. L’objectif final est évidemment d’apporter un contenu plus personnalisé et intéressant pour le spectateur. On comprend l’importance que revêt cette démarche pour les médias, dans un environnement très concurrentiel où Internet a changé toutes les règles. Pour les autres entreprises, l’enjeu n’est pas moindre.

Grâce aux Perceptive Media, une entreprise peut en effet potentiellement adapter des vidéos ou des formats audio à chaque consommateur en analysant son comportement sur Internet. Pour l’instant, l’exemple de la BBC semble uniquement concerner les téléspectateurs, mais nul doute qu’un certain nombre de départements R&D planchent sur cette question pour d’autres réalisations.

Finalement, l’essor des outils comme le Web-to-store, le Store-to-web, la géolocalisation et les Perceptive Media nous rappelle tous que le « commerce 3.0 » va énormément reposer sur la récupération des données pertinentes, leur analyse et leur exploitation, ce qui mènera à une personnalisation intelligente des messages, devenue nécessaire, notamment alors que les consommateurs deviennent plus attentifs face à la situation économique.