Les consommateurs prennent peu à peu la mesure des enjeux liés à la surconsommation. C’est pourquoi de nouveaux concepts voient le jour pour pallier à cette problématique et permettre aux consommateurs de se consacrer à l’essentiel : faire les courses – parfois vécu comme une corvée – plus simplement. La encore, c’est l’expérience client qui prime, loin des files d’attente et avec un réel pouvoir donné aux consommateurs.

Le retrait de commandes en libre service

Après Au bout du champ implanté à Paris et sa région et à l’instar du retrait de colis en point de vente, de nombreuses franchises ont développé leur réseau de vente de paniers en circuit court via un mode de distribution original. L’offre propose des paniers composés de produits frais de saison (oeufs, fruits, pièces de viande..). Les clients commandent et payent en ligne leur panier, qu’ils viennent ensuite chercher en self service au point de retrait. Le panier est disponible en quelques secondes et sans attente dans un casier verrouillé par un code, donné au client après sa commande. Ce concept tend à se développer en zone rurale pour (re)dynamiser les territoires.

Amazon go, un magasin sans caisse

Pour aller toujours plus loin dans l’expérience client, Amazon, acteur pure player par excellence, courtise le retail avec son projet Amazon go. Il s’agit d’un supermarché d’apparence classique, à la différence prêt que le client ne passe pas par la case « caisse » et par conséquent, ne passe pas non plus par la case « paiement ». La seule action requise est de scanner le QRcode présent sur l’application dédiée à l’entrée du magasin. Les produits sont trackés au moment où le client les saisit à l’aide de diverses technologies (capteurs, intelligence artificielle…). Le ticket de caisse lui est envoyé dès la
sortie et son compte bancaire est automatiquement débité du montant des achats. Un bel exemple de transformation d’entreprise pour Amazon, à la croisée des chemins du phygital, entre commerce physique et digital.

Vers le drive in store ?

Jusqu’alors les drive se sont multipliés pour permettre au client de faire ses courses online et d’aller les retirer rapidement quelques heures plus tard. Le drive in store est le pari d’un russe, qui imagine le futur du supermarché non pas à pied avec un Caddie mais en voiture. L’entrée dans le magasin se ferait donc en voiture, dans un entrepôt spécialement aménagé pour l’accueil de voitures, la sélection de produits en rayons jusqu’au passage en caisse, le tout sans sortir du véhicule.

Autre concept, le ship from store. Tout comme Foodora ou UberEATS, la livraison de plats de restaurants à domicile à explosé. Le ship from store s’appuie sur le même modèle pour livrer à domicile des produits commandés directement en supermarché et pas dans un entrepôt de stockage.
En quelques mots, ces concepts visent à focaliser l’attention du client sur l’expérience et non plus sur l’action de faire les courses. Des magasins comme La louve ou Icci, points de vente en circuits courts, réinventent la manière de faire les courses en se basant sur un système coopératif. Les client bénéficient des produits à prix réduit contre du temps alloué à la gestion du magasin (mise en rayon, caisse…).