La Business Intelligence a la côte. Revue des axes notables qui vont porter son expansion en 2012.

Après avoir continué à porter le monde de l’IT pendant la crise de 2009, IDC a confirmé que la croissance software de la BI était à 4% en 2011, soit nettement dans le haut du panier. Sur quoi appuie-t-elle sa réussite et quelles opportunités de progression peut-on envisager pour elle ?

Face à la crise, justement, c’est l’idée d’agilité qui a fait son chemin. Pour Eric Alonso, associé du Cabinet Keyrus Management, qui s’exprimait sur le sujet dans les colonnes du site Decideo.fr, « ce concept d’agilité [qui] s’analyse comme  une volonté d’agir, d’être réactif, […] pose les bases d’une reconsidération des règles traditionnelles de gestion ».  Cet aspect doit donc se retrouver à la fois dans une optique de stratégie d’entreprise, que dans une dimension plus opérationnelle.

Eric Alonso fait remarquer que cette recherche d’agilité a touché en premier le domaine de la « conception de logiciels » : des solutions agiles sont une réponse efficace face à des environnements de plus en plus complexes. En bref, l’agilité en entreprise « conditionne la performance et influence l’ensemble du processus de production » d’après le consultant.

Pour développer une culture d’entreprise agile, il faut commencer par avoir des outils agiles – réponses à la complexité grandissante que rencontre les métiers. Il parait évident que la Business Intelligence est impactée de plein fouet par cette nécessité d’agilité.

La BI agile passe par une intuitivité dans l’accession et la compréhension des données, qui permet d’être un facilitateur pour le quotidien des métiers.

Sous cet impératif général, nous pouvons retrouver facilement les thématiques qui seront les points d’appui et de développement de la BI pour 2012.

Ces tendances ont été clairement reprises par Renaud Finaz de Villaine, Directeur Marketing de Micropole, dans les prévisions qu’il a livrées pour Channel News.

Elles recoupent plusieurs points que nous avons déjà pu aborder sur Smarter Links.

L’objectif d’autonomie de l’utilisateur BI, notamment, revêt une importance en termes d’efficacité pour les collaborateurs et se reflète dans ce que Jean-Michel Franco appelait la diffusion de « la BI pour tous dans l’entreprise ».

Autre pivot de la BI de demain, la Datavizualisation revêt un aspect incontournable. « La puissance de la visualisation est sans commune mesure avec celle de l’écrit » décrit le Directeur Marketing de Micropole. Cette importance de la Dataviz n’est pas nouvelle dans son esprit, mais la BI la porte dorénavant au cœur des entreprises.

Avec ces divers éléments qui composent les piliers de la Business Intelligence de demain, le data analyst prend son envol dans l’entreprise, cumulant savoir technique et statistique, et une capacité de compréhension des attentes et besoins des métiers, pour mettre la BI à leur service.

La Business Intelligence a de l’avenir, ses experts aussi.