Le 101e NRF Big Show, rassemblement de référence du retail, s’est tenu à New-York la semaine dernière. Petit tour de piste des défis actuels du secteur.

La grande messe du retail a permis de mettre à plat les problématiques 2012 auxquelles sont confrontés tous ses acteurs (ils étaient 24 000 à être invité du 15 au 18 janvier à New-York).

Les temps de crise ne sont évidemment pas passé inaperçus et posent de façon toujours plus aigües les questions d’efficacité et de prise de position concurrentielles. Certains acteurs comme Amazon acquièrent par exemple une véritable domination sur Internet. D’après les observateurs, deux thèmes principaux se sont dégagés des nombreuses interventions lors du Big Show.

La convergence avec l’e-commerce

D’abord, le rapprochement toujours plus important du commerce traditionnel et de l’e-commerce montant. D’après le cabinet Deloitte, cité notamment par Les Echos, la part de ce dernier dans les ventes ne va faire qu’augmenter, pour passer de 4% actuellement à 11% d’ici 5 ans. Ceci se fera en partie au détriment du commerce traditionnel dont la part s’effondrera de 91% à 63% sur la même période.

Les consommateurs sont connectés, ils attendent donc naturellement que leurs enseignes en fasse de même. Lors du Big Show, c’est le terme « Omnicanal » qui a permis de recouper cette réalité. Il s’agit d’un objectif de cohérence et de suivi entre monde virtuel et monde physique. Pour réussir cette version aboutie de cross-canal, les magasins doivent évoluer et prendre le bon tempo : simplifier les achats, apporter une customer-experience supérieure et prendre en charge l’aspect relationnel du rapport au client, puisque le transactionnel pur est pour sa part beaucoup plus facilement géré sur Internet.