La quantité de données existantes explose. L’ère du « Big Data » pose la question de l’exploitation concrète que peuvent en faire les entreprises. Qu’est-ce qui est en train de changer ?

Le nombre de données produites sur le Web pour la seule année 2010 s’est élevé à 800 milliards de Giga Bytes. Une citation d’Eric Schmidt, ex-PDG de Google, a été popularisée sur Internet : ce chiffre serait plus important que tout ce qui a été produit (écrits, films etc…) dans l’histoire de l’Humanité jusqu’à 2003.

Ce que l’on nomme Big Data impacte le Marketing prédictif, par exemple. La multiplication des données explique aussi en partie le besoin d’agilité des solutions de Business Intelligence.

Traduire le Big Data en business : un challenge

Gartner a incorporé le Big Data à ses dix tendances high-tech 2012 précisément sous cet angle de l’exploitation commerciale. La société de conseil constate le balbutiement actuel du business sur cette question.

Pourquoi ces difficultés pour exploiter concrètement cette nouvelle tendance ?

Le Big Data est un changement d’échelle. Difficile d’appliquer les mêmes recettes que celles qui concernent la gestion de la donnée à l’heure actuelle, surtout quand on ne perçoit pas bien toutes les implications de cette mutation.

En fait, le Big Data ressemble à un changement de paradigme de l’information.

L’évolution est structurelle (les capacités de stockage progressent moins vite que la production de l’information). Elle va concerner tous les métiers, car tout le monde interagit avec l’information. Les entreprises doivent donc s’interroger sur de nouvelles méthodes pour récolter et exploiter efficacement les myriades de données. Comment trouver du sens dans le gigantisme de l’information ? Et comment s’en servir ? Presque tout reste à faire, mais certains ouvrent déjà la voie.