Les spécialistes de l’IT ne cessent de vanter les mérites du Big Data. Beaucoup affirment que l’analyse des données à grande échelle est source de ROI pour leur activité. Pourtant les entreprises peinent à investir dans ce domaine. La pénurie de data scientists et le retard de certaines entreprises en ce qui concerne la migration vers le Cloud pourraient expliquer ceci. 

Un rapport réalisé par The Economist Intelligence Unit, du magazine The Economist, et par Alteryx, éditeur spécialisé dans les solutions d’analyses des données, révèlent l’engouement et le retard des entreprises sur le Big Data. Ainsi, 63% des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête estiment que l’analyse des données à grande échelle pourrait les aider dans leurs prises de décisions. Pourtant, près de la moitié (47%) affirment que leur entreprise ne devrait pas y investir durant ces 3 prochaines années. Sans grandes surprises, 37% des personnes interrogées évoquent les raisons financières pour expliquer ce frein à l’adoption. Pour autant, est-ce l’unique raison ?

Une pénurie de data scientists

Pour analyser les informations provenant des Big Data, les entreprises ont besoin de data scientists. Ces « scientifiques des données » ont à la fois des compétences en mathématique, en statistique, en informatique et en marketing. Malheureusement pour elles, cette main d’oeuvre est peu abondante. Au printemps 2011, McKinsey estimait déjà que la pénurie de data scientists est le principal frein à l’adoption du Big Data. Les entreprises devront donc redoubler d’imagination si elles désirent attirer ces talents.

Le retard des entreprises sur le Cloud pénalisent l’adoption du Big Data

Un rapport de l’IDATE, institut d’étude des secteurs télécoms, Internet et médias, révèlent que la migration vers le nuage facilite le passage au Big Data. A l’origine, les données étaient uniquement  stockées dans des datawarehouse (entrepôts de données) avec des bases de données très structurées. Désormais, avec la multiplication des canaux, certaines des informations susceptibles d’intéresser les entreprises sont aussi sur Internet et les formats de ces données se sont également diversifiés (vidéos, réseaux sociaux…). Leur extraction et leur analyse nécessitent donc d’importantes capacités de calculs et de stockages auquel seuls les datacenters peuvent répondre.

Le Cloud peut permettre aux entreprises de bénéficier de la puissance nécessaire à l’utilisation du Big Data. Malheureusement, selon une infographie de CA Technologies, 53% des DSI n’ont prévu aucun budget pour l’adoption du Cloud et 60% de ceux qui désirent migrer vers le nuage ne le feront que dans deux ans.

Les enjeux du Big Data ne doivent pas faire oublier aux entreprises qu’elles produisent déjà une quantité non-négligeable de données souvent inexploitées. La recherche de quantité ne doit pas faire oublier l’importance de la qualité. Si analyser les données extérieures à l’entreprise peut permettre de déceler des tendances, les entreprises ont plus que jamais besoin de personnes capables d’exploiter les informations précieuses de leurs bases de données. C’est tout le principe du datamining, qui permet de prévoir le comportement des clients, de proposer des services et produits mieux adaptés à leurs besoins et même d’anticiper le départ de l’un d’eux vers la concurrence.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lire :

Le Big Data : un cadeau empoisonné pour les data miners

 

 

Smarter-links : le magazine en ligne qui décrypte les grandes tendances et les évolutions technologiques du décisionnel et de la relation clients. Smarter-links apporte des réponses concrètes aux professionnels du marketing, de la vente, de la relation clients et du management sur des thématiques telles que le CRM, la Business Intelligence et le Datamining.