La Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad) a détaillé le bilan de l’année 2011 de la vente en ligne. Le m-commerce s’annonce comme une tendance à prendre en compte.

Il y a quelques jours, au 101e NRF Big Show l’e-commerce était un des grandes priorités abordées. Le bilan présenté en cette fin de mois de janvier par la Fevad au ministère de l’industrie l’explique en partie.

Avec  37,7 milliards d’euros dépensées en ligne en 2011, l’e-commerce connait une augmentation notable de 22% par rapport à l’année 2010. Ce chiffre n’est en soit pas une surprise, car il cadre avec les prévisions émises jusque-là par la Fevad. Année après année, les ventes sur Internet continue d’augmenter dans une mesure importante (+25% en 2009, +24% en 2010). Ce sont en effet 30 millions de français qui achètent aujourd’hui sur Internet, avec une marge de confiance en légère progression (66,5% des acheteurs déclarent être en confiance, soit +1,5% par rapport à l’an dernier).

Le poids des fêtes est visible dans la balance, avec un bon résultat de 7,6 milliards d’euros dépensés pour la fin d’année 2011, soit 1,3 milliard de plus que l’an passé. Toutefois, le nombre de transactions réalisées a également connu une forte augmentation (de 340 à 420 millions, soit environ +23,5%).

Mécaniquement, au total, le montant moyen par transaction a donc finalement diminué de 1euro par rapport à 2010, pour s’afficher à 90 euros. Pour noël, il est même au plus faible depuis 6 ans avec un panier moyen de 86 euros.

Sur Internet, l’acheteur moyen effectue 14 transactions par an pour un total cumulé sur l’année qui s’élève tout de même à 1250 euros.

Face à la crise, qui implique une baisse de consommation des ménages non-négligeable, les sites phares de l’e-commerce  ont conservé une marge de progression. D’après le panel iCE 40 de la Fevad, ces leaders ont connu une augmentation de leur CA de 11% en 2011 (la hausse de 13% au premier semestre étant compensée par celle de 9% au second).