Le Cloud Computing peut apparaître comme une aubaine pour les entreprises qui désirent alléger le poids de leurs données au sein de leur infrastructure réseau. Tous les plus grands cabinets d’analyses prévoient une croissance de l’usage du « nuage », notamment dans l’externalisation des applications. Une bonne nouvelle pour les métiers ?

Une récente infographie de la société Überflip, spécialiste en marketing digital, explique que les entreprises vont continuer à adopter le Cloud Computing durant les années à venir. D’ici 2016, selon les prévisions de la société, un tiers des contenus digitaux seront hébergés en Cloud (7% actuellement) : une croissance non négligeable. De 2012 à 2016, le volume de stockage de données par ménage va se multiplier par 7.

Selon la société Überflip, le marché du Cloud Computing devrait croître de pas moins de 592 %, passant de 40,7 à 241 milliards de dollars d’ici 2020. Selon les chiffres d’une étude de Gartner sur les tendances de l’outsourcing, publié sur www.silicon.frle secteur des services liés au Cloud Computing devrait quant à lui croître de 49,1% d’ici 2014.

Les applications métiers dans le nuage

Les bons chiffres semblent nombreux. Ainsi, le segment des services de Cloud Computing en IaaS (Infrastructure as a Service) devrait passer de 3,4 milliards en 2011 à 5 milliards de dollars en 2012, soit une progression de 48,7% sur une petite année. Gregor Preti, directeur de recherche chez Gartner, explique que la croissance de ce segment serait due à l’apparition de nouvelles applications métiers « natives du Cloud » tout autant que de la migration des plus anciennes vers le nuage.

Selon des propos recueillis sur www.distributique.com, qui a également publié quelques chiffres de l’étude, le marché de l’externalisation des applications devraient atteindre une croissance de 2% cette année« La charge de la gestion du portefeuille d’applications des entreprises, confrontées dans le même temps à une limitation de leurs budgets informatiques, incitent les acheteurs à la prudence et à favoriser d’autres approches telles que le SaaS », affirme Gregor Petri.

Toutefois, si cet engouement pour le Cloud peut permettre de donner un coup de boost non négligeable à des ensembles de solutions à destination des métiers, grâce à un véritable appel d’air, le phénomène n’est pas exempt de risques. En effet, le nuage pose une nouvelle fois avec force la question de la performance applicative, surtout dans un environnement de plus en plus gargantuesque en termes de données. La sécurité des données reste également une problématique récurrente qui accompagne la dématérialisation. Dans ce sens l’informatique dans le nuage ne fait pas figure d’exception et certains hackers affirmeraient que le Cloud Computing serait plutôt l’Eldorado du piratage.