La Conférence annuelle ClubNet qui s’est tenu à la mi-décembre a tenté de faire le tour des tendances actuelles de la mobilité, en posant une question choc : va-t-on assister à la fin du PC ?

Le constat de départ de cette conférence sur la Mobilité annonce un fait que les entreprises vont devoir digérer : dans moins d’un an, les internautes traditionnels seront moins nombreux que les « mobinautes ». Comment le monde professionnel va-t-il s’adapter ?

Louis Jouanny, fondateur du cabinet Endeavor, a tenté un état des lieux. Les tablettes et les smartphones trustent l’avenir technologique. « Le PC va-t-il disparaitre ? » Certes il s’agit d’une provocation dans la forme. Mais dans le fond, non seulement l’offre d’outils de mobilité devient de plus en plus large, mais les besoins de l’entreprise se développent.

A l’époque du Blackberry, ces besoins avaient était impulsé par le top management. Actuellement, la pression s’effectue aussi par la base : la consumérisation de l’IT est une réalité. Le challenge du DSI est donc d’ouvrir le système et d’être au même niveau que les usages du grand public, tout en faisant face aux questions de sécurité.

L’entreprise est sans doute en retard dans le mouvement, alors que l’utilisateur « grand public », pour sa part, est devenu totalement multicanal et mobile.

L’intervention sur le sujet de M. Louis Naugès, Chief Cloud Evangelist chez Revevol, en dit long sur les décalages qui peuvent exister entre les entreprises lambda et celles qui portent le sujet et l’innovation technologique : « La question interne ou externe ne se pose pas en Cloud Public ouvert. Je ne sais même pas ce qu’est un Intranet ! » résume-t-il avec espièglerie avant d’énoncer ce qu’il pense être la règle clef du moment : « Il faut un minimum de sécurité et surtout beaucoup de transparence »