L’Economie Sociale et Solidaire – ESS,  ou économie collaborative est un marché estimé à plus de 80 milliards d’euros selon Peers (organisation américaine dont le but est de développer l’économie collaborative). Cette économie en pleine expansion se caractérise par des prêts de matériel entre particuliers (ex. perceuse), des échanges de compétences (ex. plomberie), de devises ou bien tout simplement d’information (sorties, vie quotidienne). L’ESS a notamment vu se créer des applications pratiques et innovantes, génératrices de données.

L’économie collaborative, un besoin = une appli
Les innovations technologiques de ces dernières années (fibre optique, 4G, terminaux mobiles…) ont ouvert de nouveaux horizons au marché des applications mobiles. Quelques raisons : l’accès à l’information en temps réel, à tout moment et de manière personnalisée séduit des mobinautes toujours plus connectés. Aujourd’hui, ces derniers sont en attente d’applications capables de leurs offrir des services pratiques, simples à utiliser et personnalisables (ex : la création d’un compte utilisateur permettant de gérer ses favoris et de la configurer pour ses propres besoins).

Alors que l’économie collaborative existe depuis des milliers d’années avec le troc, elle est désormais présente via des applications mobiles pour smartphones et tablettes, des plateformes ou encore des sites web.

La valeur des applications collaboratives : les données de ses utilisateurs
Outre les applications à caractère transactionnel consistant à proposer une prestation (produit ou service) moyennant un coût, il existe de multiples applications à caractère informatif et pratique. De Uber à Airbnb en passant par Blablacar, Waze et Tranquilien sont des exemples sur lesquels nous allons nous baser.

Waze est une application communautaire d’information sur l’état du trafic. Elle s’enrichit en continu des informations diffusées par les membres. Les accidents de la circulation, les travaux et les déviations y sont renseignés en temps réel. A l’inverse, les routes non identifiées jusqu’alors sont indiquées par les membres et partagées en temps réel. Les contributions des membres aident à réduire des frais de carburant et les temps de trajet pour partager un itinéraire idéal. Dans ce registre, il existe Open Street Map, outil de cartographie open source, alimenté par ses utilisateurs et utilisé par le SAMU et les Sapeurs Pompiers. Une application utile au service de l’intérêt général.

Tranquilien est une application capable de renseigner l’utilisateur si des places assises seront disponibles  dans le prochain transport train en Ile de France. Les informations délivrées en temps réel reposent sur les informations des voyageurs et sur des modèles prédictifs pour répondre à la question «  Ai- je une chance de trouver une place assise lors de mon voyage en train ? ». Les variables prisent en compte s’appuient sur l’état général du trafic, les remontées d’informations voyageurs, les jours de la semaine et heures d’affluence, mais aussi la météo. Des éléments qui impactent fortement le trafic et qui permettent de prendre ses dispositions avant de se déplacer.

L’objectif de ces applications : offrir un service collaboratif, fiable et accessible à tout moment. Les utilisateurs forment une communauté où chacun peut être acteur et/ou consommateur. La  force de ces applications est liée à sa communauté, qui s’entretien et se développe à travers la participation et l’engagement de ses membres autour d’un intérêt ou d’une activité commune.

En bref, les appli collaboratives évoluent au rythme des nouveaux modes de consommation, des besoins des utilisateurs ainsi qu’aux bugs remontés en vue de l’améliorer. Ces applications entretiennent un écosystème représentant une ressource très riche en termes de données socio démographiques et sociologiques. Il reste maintenant aux éditeurs d’applications d’y trouver de la valeur parmi toutes ces données produites… car côté utilisateurs, ils sont déjà conquis !