Le nombre de tablettes vendues explose. Les différents métiers de l’entreprise, des ventes au marketing, appréhendent souvent le sujet différemment de leur DSI.

Une étude du cabinet Forrester a démontré que 760 millions de tablettes seront en circulation dans le monde, en 2016. Ce marché connaîtra une croissance fulgurante à partir de 2012, sachant que déjà en 2011, 56 millions d’unités ont été écoulées.

Un tiers de ces tablettes seront destinés au monde des affaires, ce qui représente 253 millions d’unités. Avec la tendance du Bring Your Own Device (BYOD), ce sont potentiellement 500 millions de tablettes supplémentaires, achetées par des particuliers, qui pourraient rejoindre les usages professionnels. Quels changements sont à prévoir pour les entreprises ?

Tout d’abord, la mobilité pose des questions pour leur organisation interne. Les usages évoluent. Il sera plus aisé pour des commerciaux équipés d’aller à des rendez-vous, tout en continuant de communiquer avec les autres métiers de l’entreprise. Certaines de ces dernières l’ont bien compris. D’après les Echos, AXA est par exemple en train d’équiper ses 4000 commerciaux d’une tablette iPad, pour les rendre capable d’élaborer et de signer un contrat en direct.

Cet essor du marché accompagne donc les nouveaux comportements du BYOD. Les jeunes cadres désirent avoir en permanence accès aux données de leur entreprise, où qu’ils soient et avec des outils toujours plus simple d’utilisation. Être connecté à son entreprise et pouvoir mieux coordonner son activité, impacte de toute façon tous les métiers.

D’ici 2016, l’innovation continuera d’alimenter cette tendance, les usages professionnels dépassant les anciennes spécificités des devices. Au final, les employés d’une entreprise voyageront avec une mine d’informations. En fait, c’est déjà bien souvent le cas et leur employeur doit prendre en compte les risques qui y sont liés.

La nécessité de la protection des données

En effet, si les tablettes servent à un usage à la fois personnel et professionnel, le risque de piratage, de vol ou d’infection virale, s’en retrouve forcément accru.  Il ne faut pas oublier que d’après Forrester, près de 40% des ventes de tablettes (environ 300 millions) concerneront les pays émergeants, la Chine attirant tous les projecteurs. Or, ces pays sont justement réputés pour les risques liés à la protection des données.

Les DSI des entreprises doivent donc apprendre à contrôler ces outils qui peuvent se connecter à leurs réseaux. Difficile cependant de coordonner mots de passe, autorisations d’accès et fluidité des usages. Les directions vente ou marketing par exemple, voient ainsi avant tout l’intérêt de ces nouveaux devices par le prisme de leur métier et ne se préoccupent pas forcément de l’aspect sécurité. Bien souvent, la DRH envisage pour sa part l’arrivée de ces nouveaux outils, sous l’angle de l’amélioration de la productivité… il en va de même pour la relation client. On imagine dès lors, les conflits qui peuvent apparaître entre les différents services d’une même entreprise.

Au final, les sociétés se retrouvent autant concernées que les constructeurs par ces problématiques d’intelligence économique. La croissance du marché les force progressivement à prendre le taureau par les cornes.