Consommateurs et technologies provoquent des changements Marketing.  Les métiers doivent s’adapter et font face à des challenges de plus en plus concrets.

Le Marketing change. Une étude TNS-Sofres réalisée à la demande du Club des Annonceurs en octobre annonce que 68% des Responsables Marketing et Communication ressentent les changements majeurs en train de se produire dans leur métier. Un besoin d’anticipation se dégage nettement de ce constat.

En eux-mêmes, ces changements ne constituent pas une surprise. Tout est plus immédiat et social. Les contraintes sur le business sont d’autant plus fortes : les flous au niveau des réglementations sont plus nombreux et parallèlement tout doit être fait plus rapidement.

Des difficultés pour faire émerger de nouvelles expertises

Il est donc nécessaire pour les entreprises, pour naviguer au clair, de mieux connaître les clients, qui développent une vraie intelligence grâce aux outils du web. Peu d’acteurs peuvent pourtant se déclarer spécialistes. Selon TNS-Sofres, si 75% des responsables marketing ont conscience qu’il est impératif de développer de nouvelles compétences, ils sont également 47% à déclarer qu’il s’agit d’une épreuve difficile et 55% à ne pas avoir intégré ces nouveautés.

Le sentiment de ne pas être bien équipé d’un point de vue « expertises », pour faire face aux changements, pousse les entreprises à définir clairement leurs attentes  en termes de compétences :

  1. Renforcer la perception et gestion de la relation client, notamment dans sa dimension sociale
  2. Améliorer la capacité de prospective et la connaissance du nouveau client « intelligent »
  3. Intégrer de façon fluide les pratiques digitales dans l’entreprise ; ceci concerne autant les questions de management que la gestion des communautés, des ambassadeurs de la marque ou de l’influence et de la réputation sur Internet.
  4. Renforcer la cohérence des stratégies et canaux autour de la marque
  5. Pouvoir prendre en considération le RSE et le développement durable au sein de l’entreprise

 

Quel futur pour les Directions Marketing ?

TNS-Sofres esquisse donc un portrait rapide du Directeur Marketing de demain. Pour l’institut, la plupart des entreprises sont sur la bonne voie en plaçant le client au centre de leurs efforts et en abaissant des frontières comme celles qui ont pu exister entre marketing et communication.

L’étape suivante de l’évolution du métier est d’adopter une vision plus globale, moins sectorisée, du marketing.  C’est aussi la capacité à produire et utiliser des contributions internes et externes.

Il va falloir pour cela être capable d’animer une conversation quasiment permanente.

L’entreprise doit donc encore gagner en réactivité et en agilité. Tout cela en conservant une forte cohérence des messages dans l’utilisation des nombreux canaux de communications.

Au-delà de ce portrait dressé dans sa dimension quantitative, Smarter Links souhaite s’intéresser au ressenti des acteurs concernés et va laisser la parole à ceux qui doivent faire directement face à ces changements, comme Cyrille Aguinet, Analytics Director EMEA, SCAA Group chez Epsilon (lire l’interview).