Le terme Business Intelligence existe depuis une vingtaine d’années déjà. Cependant, de récentes solutions informatiques centrées sur l’utilisateur ont contribué à sa démocratisation. Quels en sont les fondamentaux ?

La Business Intelligence (BI), également connue sous le nom d’informatique décisionnelle, est l’ensemble des outils et méthodes visant à transmettre les informations pertinentes aux managers d’entreprise. Son but est de les aider à comprendre leur environnement et de les accompagner dans leurs prises de décisions stratégiques. Les besoins de l’utilisateur sont donc au cœur d’une Business Intelligence efficace.

La Business Intelligence, c’est pour qui ?

A l’origine la Business Intelligence était l’apanage de quelques experts et les services concernés se comptaient sur les doigts d’une main : comptabilité, finance, logistique, éventuellement commerce… Depuis quelques années cependant, les technologies du web et l’augmentation de la puissance des terminaux informatiques ont facilité la diffusion des outils de BI auprès d’utilisateurs, sous des formes discrètes. La plupart des métiers ont donc maintenant recours à la Business Intelligence pour consolider les informations qu’ils ont à disposition.

Les rouages de la BI

La collecte des données par l’entreprise est la base sur laquelle va capitaliser la Business Intelligence.  Après en avoir vérifié la qualité et le format, ces données sont stockées dans un référentiel. Ce référentiel est en général un serveur informatique centralisé, appelé Datawarehouse (entrepôt de données) ou Datamart (magasin de données à destination d’un métier particulier ou d’un type d’affaires). Ces données pourront ensuite être distribuées à des utilisateurs en fonction de leurs besoins via un outil adapté aux spécificités de chaque métier.

Analyser, restituer, présenter

La finalité de ces différentes étapes pour l’utilisateur est de pouvoir exploiter les informations disponibles. Ainsi, il est en mesure d’améliorer sa capacité à prendre des décisions pertinentes dans son activité. La BI lui permet d’analyser les données plus facilement, en les restituant sous une forme accessible et intuitive. Rapports et dashboards* permettent la représentation et la visualisation des données sous forme de tableaux et autres graphiques. La donnée peut devenir une information, dont l’utilisateur va s’emparer et qu’il va pouvoir diffuser de façon optimale.

La Dataviz ou DatavisualisationLa Dataviz ou Datavisualisation

La dataviz, autrement appelée datavisualisation, s’est développée au croisement de la statistique et du design. Partie intégrante de la Business Intelligence, sa valeur ajoutée réside dans l’art de représenter des données de façon visuelle et la communication de son contenu aux décideurs opérationnels et au grand public.

Cela peut se concrétiser par des graphiques, des camemberts, des diagrammes, des cartographies, des chronologies, des infographies ou même des créations graphiques inédites ou des photos.

L’idée est de rendre l’accès à la décision beaucoup plus immédiat grâce à une représentation hiérarchisant clairement les enjeux : la datavisualisation procède donc à la fois d’une analyse et d’une mise en forme graphique. Une exigence renforcée dans un contexte Big Data où l’avalanche de données produit une importante contrainte de restitution et de mise en perspective

 

Data Storytelling ou l’art de retenir l’attention et faire passer les bons messages

Le Data Storytelling est un « concept » relativement récent, qui doit être distingué de la Dataviz, même s’ils sont intimement liés. L’objectif est de raconter une histoire construite à partir de données, de les illustrer sous une autre forme que de simples tableaux de chiffres et de les rendre accessibles grâce à une représentation narrative compréhensible par tous.

  • De simples tableaux de chiffres ne donnent pas envie. Un graphique statique, sans l’histoire qu’il raconte, n’est pas suffisant non plus.
  • Le storytelling est l’art de mettre en récit, raconter l’histoire de ses données, introduire une dimension subjective aux graphiques, faire passer un message, une émotion, pour aller au-delà d’une simple pluie de chiffres auquel le lecteur ne donne pas de sens.
  • Cette mise en récit donne du sens à la représentation graphique.

Le travail collaboratif

Avec sa diffusion, la Business Intelligence est devenu un rouage clé du fonctionnement de l’entreprise. Elle n’ignore plus les enjeux portés par les usages du web et des réseaux sociaux. Le travail collaboratif à l’aide de technologies adéquates devient une réalité dans de nombreuses entreprises. En 2012, l’un des défis des outils BI est donc de placer la circulation de la donnée utile au cœur de l’entreprise.

 

*Les tableaux de bord permettent de présenter les données à l’utilisateur et de les mettre en rapport avec la stratégie de son entreprise.