L’intelligence artificielle ou IA n’est pas qu’une course à la technologie. Créatrice de valeur dans le sens où elle génère un gain de temps, apporte une réponse à un besoin quasi immédiat… cette dernière va profondément modifier notre manière de faire les courses au quotidien. Quelles en seront les formes ?

L’IA au service du cross-sell

Avec l’explosion du commerce en ligne, les distributeurs se sont tous lancés sur le segment du drive depuis les années 2000. U les nouveaux commerçants, Carrefour ou encore Leclerc ont investi dans des entrepôts dédiés à ce moyen rapide de retirer les courses réalisées en ligne, au moins deux heures avant. Aujourd’hui, l’hexagone compte plus de 2500 drive implantés partout en France. Avec un assortiment incluant des marques nationales, premium, de distributeurs ou encore discount, l’offre répond à une forte demande de clients désireux de faire les courses en y passant le moins de temps possible.

La puissance de l’application mobile dédiée aux smartphones/tablettes et aux sites internet « drive » des distributeurs permet de proposer au client (après connexion à son compte) plusieurs fonctionnalités. Le site web est capable de proposer au client en train de faire ses courses (ce dernier ajoute les produits au panier) des produits additionnels liés à l’achat d’un précédent article. Exemple : le client A ajoute au panier des yaourts natures. Immédiatement dans la recherche va lui être proposé un muesli pour accompagner les yaourts, au petit déjeuner. Le muesli ayant été ajouté au panier lors d’une précédente commande. Il s’agit là d’une forme de cross sell basée sur un algorithme, pour augmenter la valeur du panier client. L’application ou le site interviennent tels de véritables compagnon pour offrir au client une expérience d’achat optimale et ultra-pratique.

Le caviste algorithmique

L’intelligence artificielle repose sur une large part de digital. Toujours dans le but de proposer une expérience client inédite, des boutiques spécialisées, telles que Le petit ballon situé dans le 15e arrondissement de Paris s’équipent pour que le conseil client soit réalisé à bon escient. Ce pure player à la genèse des premières box dédiée au vin par abonnement a ouvert un point de vente, en complément de son site internet. Ici, on y vient pour y trouver un conseil personnalisé sur le vin à associer à un plat, des goûts envies… et tout un ensemble de critères discriminants. Le client entre en relation avec un caviste digital prêt à répondre à ses attentes. Parce que certains achats nécessitent un conseil particulier, il était important pour la marque de leur offrir cette expérience. L’enjeu est de favoriser le cross canal en utilisant le web comme clé de la connaissance client. Le client élabore dans un premier temps son profil œnologique en ligne. C’est en boutique qu’il pourra ensuite naviguer via une tablette et répondre à des questions pour orienter et affiner son besoin. Les réponses apportées permettront à l’algorithme d’effectuer des recommandations adaptées au client.

La cuisine entre intelligence artificielle et dix doigts

En 2015, Coheris et Seb se rapprochaient autour du projet Open Food System (OFS),  un programme de recherche et d’innovation porté par le groupe SEB, et regroupant 25 partenaires au sein d’un consortium.

L’enjeu de ce rapprochement ? Unir les compétences d’un groupe mondial spécialiste de l’électroménager et un éditeur de logiciel expert en solutions data au service du grand public pour permettre de ne plus avoir à passer (trop) de temps à réfléchir à l’élaboration des repas, manger plus sainement et privilégier le fait-maison. Ce gain de temps est offert grâce à un écosystème intelligent. La technologie développée repose notamment sur un puissant moteur de recommandation temps réel de recettes signé Coheris SPAD Real-Time. Ce dernier se base sur un ensemble de multiples données utilisateurs : goûts, préférences, contraintes alimentaires de type allergie, intolérance ou encore indication médicale, nombre d’invités… analysées pour proposer, in fine, un menu complet (entrée, plat, dessert). Les recommandations s’appuient sur la collecte massive d’autres données utilisateurs et celles de l’utilisateur lui-même afin de produire des contenus enrichis au gré de l’usage.

En somme, l’intelligence artificielle se nourrit d’une matière, la donnée. C’est grâce à elle que l’IA se développe et s’enrichit pour aller toujours plus loin dans la personnalisation des services, au service de la connaissance et de l’expérience client.