Il y a quelques années, la réalité augmentée faisait ses débuts sur les sites ecommerce. Les opticiens pure players ont activé ce levier pour permettre aux clients d’essayer une paire de lunettes de chez eux ou en boutique, au moyen d’une webcam ou d’une simple photo. Aujourd’hui le Virtual commerce pour v-commerce commence à s’immiscer dans différents secteurs : luxe, loisir, industrie ou encore retail.

Réalité virtuelle, augmentée ou mixte ?

La technologie a fait des progrès fulgurants. Bien que les lunettes connectées Google glass aient été un échec, ce n’est pas sans compter sur la créativité et l’innovation des marques fabricantes de casques et lunettes, avec pour chacune ses spécificités. La VR, pour réalité virtuelle propose à l’utilisateur d’interagir au sein d’un univers virtuel en 3 dimensions. La réalité augmentée plonge l’utilisateur dans un monde 2D et 3D dans lequel la part de réel est supérieure au virtuel. La réalité mixte s’inspire quant à elle de ces deux technologies, avec l’avantage d’inclure des objets vivants, tel qu’un hologramme. Toutes offrent de multiples possibilités pour essayer soi-même des lunettes ou vêtements à domicile ou bien pour simuler l’aménagement d’un appartement avant achat.

La réalité virtuelle au service du retail

En terme d’expérience client, la VR plonge le client dans un univers immersif à l’occasion d’un parcours initiatique, un jeu ou une mise en situation. Une démonstration produit peut-être un premier argument de vente, notamment pour promouvoir les caractéristiques techniques d’un produit. Cette expérience client, encore originale car assez peu pratiquée par les marques permet d’augmenter le temps passé en point de vente et par conséquent, le fidéliser. Elle vient conforter voire valider le besoin client, qui teste par lui-même le produit, tout en profitant de l’expertise du conseiller de vente. Prenons par exemple l’essai d’une nouvelle voiture grâce à la réalité augmentée, avec la possibilité de conduire dans un paysage enneigé, en montagne ou sur circuit. Une étude menée par eBay Advertising auprès de 1000 personnes révèle que 63 % des utilisateurs seraient prêts à acheter leur voiture en ligne, notamment grâce à ces nouvelles technologies.

Et demain ?

Côté consommateur, pour le moment les expériences VR se vivent à l’aide d’un casque dédié ou d’un smartphone. Demain, les marques tendront probablement à développer leurs propres applications de réalité virtuelle. A ce titre, le mobile tient une place importante malgré une contrainte ; les futurs smartphones devront être compatibles pour séduire les technophiles et s’ouvrir à une large part de clients.

Quid de l’expérience réalité virtuelle en télévision ? Une fois les casques démocratisés et les foyers équipés, nous pouvons imaginer que des campagnes cross canal associeront tv et réalité virtuelle pour créer une extension personnalisée de la pub via une expérience unique. L’enjeu sera de créer des passerelles entre le monde physique et le monde numérique, quels que soient les canaux utilisés.

Au-delà de servir le marketing et les ventes de la marque en lui conférant une image moderne, voire avant-gardiste, la réalité virtuelle est un formidable outil de formation aussi bien pour les forces de vente que les équipes techniques dans le cadre d’opérations de maintenance. Par ailleurs, le v-commerce est un vecteur supplémentaire et non négligeable de collecte de données pour renforcer la connaissance client, notamment à travers les émotions perçues par les utilisateurs.