Le salon e-marketing Paris 2012 s’achève ce soir. Les enjeux liés au web social ont été abordés au même titre que les traditionnels défis des e-mailings ou de la publicité on-line.

Le succès est encore au rendez-vous pour la 6e édition du salon e-marketing, version 2012. L’affluence semble avoir été identique, voire même supérieure, à celle de l’année dernière (près de 13500 visiteurs d’après Lemondeinformatique.fr, qui cite Alain Laidet, commissaire général du salon).

La rencontre était placée sous les auspices des nouvelles tendances de l’e-marketing.  Après notre regard sur les tendances CRM, BI, Data Mining 2012, ce salon organisé au Palais des Congrès nous permet d’aborder plus précisément un sujet qui ne cesse de croître dans le marketing digital.

E-marketing & réseaux sociaux

La dimension sociale était en effet à l’honneur, comme on pouvait s’y attendre. L’importance de la gestion de l’e-réputation des entreprises a évidemment été abordée par de nombreux acteurs. Les réseaux sociaux ont été confirmés comme des outils de dialogues, à défaut d’être des canaux de vente puissants à part entière. Gérer l’information qui concerne les entreprises et leurs marques sur Internet n’est cependant qu’une partie de la problématique. L’autre préoccupation devient bien vite pour les entreprises d’exploiter les informations sur leurs cibles, clients et prospects, qu’il est possible de récupérer sur Internet et particulièrement sur les réseaux sociaux.

Coheris était présent sur place pour aborder ces points en posant en conférence la question suivante : « Comment transformer les données des webanalytics et des réseaux sociaux en connaissance actionnable pour vos campagnes? »

Le web « social » génère en effet énormément de données

Les entreprises doivent se donner les moyens de s’en emparer, pour les transformer en véritable connaissance client, concrètement exploitable.

Connaissances actionnables et temps réel

L’importance du Social CRM est basée sur ce même constat. Mais encore une fois, il est nécessaire pour les entreprises d’en prendre conscience, de gagner en maturité sur le sujet afin que les outils CRM et les réseaux sociaux puissent, côte à côte, donner des résultats parlant.

Les nouveaux enjeux et technologies liés au web social posent de plus en plus de questions délicates. L’autonomie des internautes, ou plus généralement des clients, modèle les possibilités de conversations avec l’entreprise. Et qui dit conversation dit impact important du « temps réel ». Comment conjuguer cette nécessité de temps réel avec l’obtention de connaissance actionnable était précisément le sujet d’une seconde conférence animée par Didier Gaultier, directeur BU Data Mining chez Coheris.

Au même titre que la mobilité, l’e-marketing doit donc encore apprivoiser sa part sociale.